Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NOTRE BLOG
  • NOTRE BLOG
  • : de tout,de tout,de tout,de tout.......
  • Contact

Texte libre

   Vos commentaires sont les biens venus...surtout les bons !!! N'hesitez pas à recommander ce blog pour qu'il continue à vivre !!

 


 
Référencé par Blogtrafic

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Top classements des meilleurs blogs weblogs

 

 


 

 

Annuaire Blog

visiter l'annuaire blog gratuit

 

basket

Liens sympas

http://www.programme-tv.net/ http://france.meteofrance.com/france/accueil?xtor=AL-1

 

 

 

 

 

 

Archives

24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 16:33
Une Gay Pride sous le signe de l'égalité
Société : Une Gay Pride sous le signe de l'égalité Des milliers de personnes traversent en ce moment Paris à l'occasion de la "Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans". Cette année, la Gay Pride a pris une tonalité "très politique", sur le thème de "l'égalité en 2007". Le mariage homosexuel est "un engagement du PS" et sera "demain une loi" si la gauche l'emporte en 2007, rappelle François Hollande.

 

13 heures 15, samedi à Paris. Des milliers de personnes sont rassemblées, pour la "Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans", dont les organisateurs demandent en particulier que les homosexuels puissent se marier, comme aux Pays-Bas, en Belgique ou en Espagne.

Dès 12 heures 30, des dizaines de chars se sont rassemblés aux abords de la Tour Montparnasse, pour défiler jusqu'à la Bastille, où un concert gratuit doit être donné à partir de 17 heures. La manifestation doit se disloquer vers 21 heures, selon ses organisateurs. Dix mois avant l'élection présidentielle, la Gay Pride a adopté un mot d'ordre très politique: "pour l'égalité en 2007".

Mariage et procréation médicalement assistée

L'édition 2006 de la Gay Pride s'annonce "très politique", sur le thème de "l'égalité en 2007". L'Interassociative lesbiennes, gays, bi et trans (Inter-LGBT), qui fédère une soixantaine d'associations et qui organise cette manifestation, revendique l'ouverture du mariage aux couples de même sexe et la possibilité d'adopter pour tous les couples non mariés. Elle demande aussi que les couples de lesbiennes puissent recourir à la procréation médicalement assistée ou que les transsexuels puissent changer d'état civil sans nécessairement se faire opérer.

Trois minutes de silence

Les manifestants et des dizaines de chars se rassembleront dès 13 heures à Montparnasse, pour défiler jusqu'à la Bastille. Vers 16 heures, trois minutes de silence marqueront leur solidarité avec les "100.000 personnes" porteuses du virus du sida en France. Puis Radio FG proposera un concert gratuit jusqu'à 21 heures place de la Bastille. L'an dernier, la police avait dénombré 300.000 participants et 250.000 spectateurs.

L'an dernier, la police avait dénombré 300.000 participants à cette Gay pride et 250.000 spectateurs.

Luc Ferry planche sur le mariage et l'adoption pour les couples homos 

Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, vient de confier à Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l'Education, "une mission de réflexion et de propositions" sur les questions du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels. Dans une lettre à Luc Ferry datée de vendredi, Nicoals Sarkozy affirme que "si le Pacs a constitué un progrès en son temps, il semble aujourd'hui ne plus répondre aux aspirations d'une partie de nos concitoyens qui souhaiteraient voir s'atténuer et même disparaître les différences qui perdurent entre couples hétérosexuels et homosexuels".

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
23 juin 2006 5 23 /06 /juin /2006 10:25

Ce soir 21h00....Togo - France....alors un petit article pour vos pronostics !!!

Perso je vois bien un petit 2 - 0.....pour la France bien sur !!!! y'a pas Zidane donc on a des chances !!! et vous qu'en pensez vous ????

Mondial: la France à double ou quitte face au Togo

Les attaquants français David Trezeguet et Thierry Henry, à l'entraînement le 22 juin 2006 à Cologne
© AFP


La France, dernière tête de série du Mondial de football à n'avoir pas encore gagné un match et à ne pas s'être qualifiée, doit battre ce vendredi à Cologne à 21h00 le Togo par deux buts d'écart, pour être certaine de participer aux 8e de finale.L'événement

En cas de match nul ou de défaite, les Français seront éliminés. En cas de victoire par un seul but d'écart, leur sort dépendra du résultat de l'autre match, entre Suisse et Corée du Sud, disputé également à 21h00 à Hanovre.

Le vainqueur du match Suisse-Corée du Sud, s'il y en a un, terminera obligatoirement à la première place du groupe.

Le duo Henry-Trezeguet va emmener l'attaque de l'équipe de France, lors de la 3e journée du groupe G du Mondial-2006 de football, selon la composition d'équipe communiquée jeudi par le sélectionneur Raymond Domenech.

L'équipe de départ sera la suivante: Barthez - Sagnol, Thuram, Gallas, Silvestre - Ribéry, Vieira (cap.), Makelele, Malouda - Trezeguet, Henry.

L'équipe de France doit battre le Togo par deux buts d'écart vendredi pour s'épargner l'infamie d'une nouvelle élimination au premier tour d'une Coupe du monde et faire en sorte que le traumatisme de 2002 ne reste qu'un lointain souvenir.

"C'est un signe du destin, a d'ailleurs jugé le sélectionneur Raymond Domenech. La situation est la même qu'en 2002. Il y a peu de gens qui, dans leur vie, ont deux fois la même chance, dans la même compétition, dans les mêmes conditions, pour prouver que la première fois était un accident."

Le sélectionneur français Raymond Domenech, le 22 juin 2006 à Cologne lors d'un entraînement à la veille du match contre le Togo
© AFP


La mission des Bleus n'a rien d'impossible. Avec deux points au compteur et deux de retard sur la Suisse et la Corée du Sud, opposées à la même heure, ils sont même en bonne position pour terminer 2e du Groupe G, se qualifier en 8e de finale et affronter normalement l'Espagne, mardi à Hanovre.

Une seule condition est nécessaire pour ne dépendre de personne (Suisse ou Corée) ni de rien (tirage au sort en cas d'égalité parfaite): vaincre le Togo par deux buts d'écart. Une défaite ou un nul réexpédierait les Bleus en France, dans l'incompréhension générale, tandis qu'un succès d'un but les obligerait à dépendre des autres ou du hasard.

Face à une équipe du Togo déjà éliminée et composée de joueurs évoluant dans des divisions européennes inférieures, la qualification est à la portée de la France. Mais quitte à se qualifier, les Bleus feraient bien, en plus de marquer des buts, de marquer les esprits.

Pour faire le deuil du 11 juin 2002 et laisser loin derrière l'élimination face au Danemark (0-2), un sombre épisode que onze d'entre eux ont vécu, mais aussi et surtout pour balayer le vent de scepticisme qui les entoure et se donner les chances d'un nouveau départ. Ou plutôt d'un vrai départ.

Mikaël Silvestre ne voit pas l'histoire bégayer. "J'ai pas ce sentiment, parce qu'on est mieux, tout simplement, dans nos têtes et dans nos jambes", soutient celui qui va suppléer Eric Abidal, suspendu, comme arrière gauche.

Le meneur de jeu français Zinédine Zidane, ici le 22 juin 206 à Cologne, sera suspendu contre le Togo
© AFP


Patrick Vieira, lui, espère que les Bleus vont enfin arrêter de jouer avec le "frein à main". "Ce match peut être un déclic pour le groupe, il peut nous apporter beaucoup plus que la qualification", suggère celui qui portera le brassard de capitaine le jour de ses 30 ans et de sa 90e sélection, en l'absence de Zinédine Zidane, suspendu.

Comme un symbole, l'homme sur lequel reposaient tous les espoirs à la veille de France-Danemark en 2002 et qui n'avait pu faire de miracles en raison d'un retour trop prématuré de blessure ne sera pas sur le terrain.

En cas de fausse note, le chef d'orchestre Zidane ne sera d'ailleurs plus jamais sur le terrain.

Et l'on resterait alors sur le souvenir d'une sortie indigne et humiliante à la 91e minute de France-Corée du Sud, de cette ignorance glaciale entre lui et le sélectionneur Raymond Domenech, image furtive mais symbolique du malaise interne.

L'attaquant togolais Emmanuel Adebayor, lors d'un entraînement le 22 juin 2006 à Cologne
© AFP


Si la France venait à rentrer à la maison samedi, peut-être plus encore que de l'élimination, c'est probablement d'avoir gâché les adieux au football de +Zizou+ dont Domenech pourrait être tenu responsable, au moins par le grand public. Ce n'est d'ailleurs un secret pour personne que le sélectionneur joue sa tête vendredi.

Pour se donner du sursis, il compte fermement sur Ribéry et une attaque Henry-Trezeguet, le +duo impossible+, si alléchant mais souvent décevant.

Il s'est écoulé huit ans depuis que ces deux-là, gamins de 20 ans mus par une foi aveugle et une confiance inébranlable, réussissaient leur tir au but face à l'Italie en quart de finale du Mondial-98, sang froid et sans peur.

Contre le Togo, c'est avec ce morceau de l'histoire de France qu'il faut renouer. Pas avec les démons de 2002.

L'équipe de départ: France: Barthez - Sagnol, Thuram, Gallas, Silvestre - Ribéry, Vieira (cap.), Makelele, Malouda - Trezeguet, Henry.

Dans l'après-midi, à partir de 16H00, c'est le groupe H qui connaîtra son dénouement. L'Espagne, déjà qualifiée, affronte l'Arabie saoudite à Kaiserslautern. Les Saoudiens ont, mathématiquement, une toute petite chance de se qualifier. Ils doivent battre l'Espagne en marquant le plus de buts possible, et espérer un résultat favorable dans l'autre match, Ukraine-Tunisie, à la même heure à Berlin.

Mais les meilleures chances de qualification sont pour les Tunisiens et les Ukrainiens, qui s'affrontent à Berlin. Les Ukrainiens, en cas de victoire, seront qualifiés à coup sûr. Les Tunisiens, s'ils l'emportent, ont également une forte chance d'atteindre le prochain tour, sauf si l'Arabie bat largement l'Espagne, ce qui semble peu probable.

Groupe G:

23/06 (19h00): Togo - France à Cologne
23/06 (19h00): Suisse - Corée du Sud à Hanovre
Déjà joués:
Corée du Sud - Togo 2 - 1
France - Suisse 0 - 0
France - Corée du Sud 1 - 1
Togo - Suisse 0 - 2
Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif
1. Suisse 4 2 1 1 0 2 0 +2
2. Corée du Sud 4 2 1 1 0 3 2 +1
3. France 2 2 0 2 0 1 1 0
4. Togo 0 2 0 0 2 1 4 -3

Groupe H:

23/06 (14h00): Arabie Saoudite - Espagne à Kaiserslautern
23/06 (14h00): Ukraine - Tunisie à Berlin
Déjà joués:
Espagne - Ukraine 4 - 0
Tunisie - Arabie Saoudite 2 - 2
Arabie Saoudite - Ukraine 0 - 4
Espagne - Tunisie 3 - 1
Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif
1. Espagne 6 2 2 0 0 7 1 +6
2. Ukraine 3 2 1 0 1 4 4 0
3. Tunisie 1 2 0 1 1 3 5 -2
4. Arabie Saoudite 1 2 0 1 1 2 6 -4

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
23 juin 2006 5 23 /06 /juin /2006 10:24
Domenech : "Un signe"
 

Football Coupe du monde 2006 

Domenech : "Un signe"

Raymond Domenech voit un "signe du destin" dans le fait que la France ait "une deuxième chance" dans les mêmes conditions qu'au Mondial 2002, vendredi contre le Togo. Le sélectionneur pense que les Bleus peuvent prouver que "la première était un accident".

RAYMOND DOMENECH, la similitude de la situation actuelle avec celle de 2002 peut-elle être un problème pour l'équipe de France ?

R.D. : Non, je trouve plutôt que c'est un signe extraordinaire. C'est exactement la même situation, avec le besoin de gagner par deux buts d'écart pour se qualifier. En 2002, ils n'avaient pas réussi et là on leur redonne cette chance. Il y a peu de gens qui, dans leur vie, ont deux fois la même chance, dans la même compétition, dans les mêmes conditions, pour prouver que la première fois était un accident. Je trouve que c'est un signe du destin fabuleux. Ils ont leur destin entre les mains, à eux de le saisir.

Quel message d'optimisme voudriez-vous faire passer auprès du public ?

R.D. : Mon rôle n'est pas de lancer des messages d'optimisme aux gens mais de travailler auprès de l'équipe pour qu'elle ait envie, la détermination et la confiance pour gagner ce match. Le message, c'est sur le terrain, pas dans les médias. Ce sont les joueurs, sur le terrain, qui devront donner ce message. Les joueurs vous diront : "Vous pouvez croire en nous. Regardez, on vous le montre".

Comment mettrez-vous vos joueurs en confiance ?

R.D. : La sérénité est nécessaire mais c'est la vérité du terrain qui pourra donner de la confiance. Après, on peut leur dire qu'ils sont les meilleurs, que tout va bien aller et qu'ils vont gagner mais ça, ce ne sont que des paroles. La confiance, ce sont les joueurs qui se la créeront. plutôt leur montrer ce qu'ils sont capables de faire pour qu'ils le reproduisent sur le terrain. La confiance n'est pas à sens unique.

Est-ce que ce qui s'est passé jusqu'à présent vous donne confiance ?

R.D. : Moi, complètement. Sur ce qui s'est passé, on ne peut être que serein. Mais il faudra confirmer et encore progresser. Il faut gagner, on le sait, tout le monde le sait, surtout les Togolais.



Une victoire peut-elle être un déclic ?

R.D. : Une victoire ne peut que nous faire monter d'un cran. Elle nous qualifiera. Il y aura un autre match donc une progression. Alors, oui, ça peut-être un déclic car elle sera obligatoire.

Marquer tôt aura-t-il une incidence sur le match ?

R.D. : Oui mais, contre la Corée, on a marqué tôt. C'est sûr que c'est mieux pour mettre la pression sur l'adversaire. Mais si on devait marquer deux buts à la 93e et à la 94e minute, je signerais tout de suite. Ça fait partie du jeu. Je préfèrerais qu'on marque le plus vite possible pour être tranquille mais les Togolais ne seront pas forcément d'accord.

Comment sentez-vous David Trezeguet ?

R.D. : Je le sens comme Louis Saha, comme Sidney Govou, comme Sylvain Wiltord, comme Thierry Henry, comme tous les attaquants de l'équipe, qui savent que quelque part on attend beaucoup d'eux. On ne peut pas dire qu'on veut marquer deux buts et jouer avec un demi-attaquant. C'est une évidence. Mais ce n'est pas non plus avec six attaquants qu'on marque plus de buts. On l'a déjà vu. Je ne vous parlerez que de 2002. On attende beaucoup des attaquants. Il faut qu'ils fassent quelques chose.

Est-ce que la suspension de Zidane peut être une chance ?

R.D. : Non ! Ce n'est jamais une chance de perdre un grand joueur ni de perdre n'importe quel membre de son effectif. Mais le propre d'un groupe de 23, c'est d'avoir en son sein des joueurs susceptibles de pallier les défaillances des uns et des autres. Mais je ne peux pas dire que ce sera une chance.

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 12:53

 

 

 

Brochure: Le tabac en quelques chiffres
Quel est l’impact du tabagisme sur la santé ?

Durant le XXe siècle, le tabac a causé 100 millions de morts dans le monde entier et ce nombre risque de s’élever à 1 milliard pour le XXIe siècle si rien ne change. En France, le tabagisme est la première cause de mortalité évitable, avec environ 66 000 décès chaque année.

En moyenne, un fumeur régulier sur deux meurt prématurément des causes de son tabagisme, et la moitié de ces décès se situent entre 35 et 69 ans.

Les complications commencent à apparaître 20 à 30 ans après le début du tabagisme. Les femmes sont actuellement moins touchées que les hommes car les femmes qui ont 70 ans aujourd’hui sont peu nombreuses à avoir fumé. En revanche, le nombre de décès féminins par cancer du poumon devrait augmenter dans les années à venir. En 2025, il devrait égaler le nombre de décès par cancer du sein.

Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel fumer n’expose pas à un risque accru de cancer du poumon. Pour réduire ce risque, le seul objectif est d’arrêter de fumer.
 
Combien coûte le tabac en France ?

Chaque année, l’état perçoit environ 10 millards d’euros de taxes issues de la vente du tabac. En revanche, le coût social du tabac, qui correspond à l’ensemble des coûts supportés par la collectivité (dépenses de santé, campagnes de prévention, perte de revenus et de production, etc.), est estimé lui aussi à 10 milliards d’euros.

 
Qui fume en France ?

La France compte 15 millions de fumeurs. Un tiers des personnes de 12 à 75 ans (33 %) fume, ne serait-ce que de temps en temps. Entre 18 et 34 ans, près d’une personne sur deux fume. La prévalence tabagique passe de 9 % pour les 12-14 ans à 41 % pour les 15-19 ans et atteint un maximum de 48 % chez les 20-25 ans.

 
A quel âge commence-t-on à fumer ?

En moyenne, les jeunes fument leur première cigarette vers 14 ans et demi et commencent à fumer régulièrement vers 16 ans.

 
Combien de fumeurs sont dépendants ?

Les jeunes de 12 à 25 ans qui fument régulièrement consomment en moyenne 10 cigarettes par jour. La quantité de cigarettes fumées augmente rapidement au cours de l'adolescence.

Si moins de la moitié des fumeurs de 12-14 ans sont des consommateurs réguliers, cette proportion dépasse 80 % pour les 15-24 ans.

Si l’on tient compte de leur consommation quotidienne et du délai qui s’écoule entre le réveil et la première cigarette fumée, les jeunes sont 27 % à présenter des signes de dépendance moyenne ou forte.

Les adultes de 26 à 75 ans qui fument régulièrement consomment en moyenne 15 cigarettes par jour et sont près de la moitié à présenter des signes de dépendance à la cigarette.

 
Combien de personnes arrêtent de fumer chaque année ?

Il est difficile de répondre à cette question car les fumeurs font souvent plusieurs essais avant de parvenir à s’arrêter de fumer. Plus de la moitié des fumeurs (59 %) hommes ou femmes déclarent avoir envie d'arrêter de fumer.

On considère que chaque année en France, 750 000 personnes arrêtent de fumer durant au moins un an, ce qui correspond à plus de 2 000 personnes chaque jour.

 
Comment évolue le tabagisme en France ?

Dans la population masculine, la proportion de fumeurs réguliers a baissé depuis les années 60, passant de 45% à 35% aujourd’hui. En revanche, dans la population féminine, la proportion de fumeuses régulières a augmenté, passant de 10 à 22%. La différence de comportement vis-à-vis du tabac entre les hommes et les femmes s'est donc fortement atténuée. Parmi les adolescents, le tabagisme est aujourd'hui au moins aussi répandu chez les filles que chez les garçons.

 

http://www.tabac-info-service.fr/fr/homepage/index_flash.htm

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 09:39

Alors qu'elle menait à la pause, la France a concédé un nouveau match nul face la Corée du Sud (1-1). Si on a vu du mieux dans le jeu, un but refusé à Vieira fera couler beaucoup d'encre. Reste que les Bleus trembleront jusqu'au bout face au Togo, sans Zidane et Abidal, suspendus.

FRANCE - COREE DU SUD : 1-1
Buts : Henry (9e) pour la France et Park (80e) pour la Corée du Sud

On y a cru. Si Raymond Domenech avait décidé de ne pratiquement rien changer, exception faite de Florent Malouda qui retrouvait sa place, on a cru voir une nouvelle équipe sur le terrain... pendant 45 minutes avant de fléchir physiquement en fin de match. Alors qu'elle aurait pu se rassurer après avoir enfin trouvé le chemin des filets, à deux reprises même si un but valable n'avait pas été refusé à Patrick Vieira, la France se voit replongée dans le même cas de figure qu'en 2002. Comme face au Danemark (0-2), elle devra s'imposer par au moins deux buts d'écart face au Togo pour espérer assurer sa qualification en 8e de finale, quel que soit le résultat de Suisse-Togo. Seule différence, les Bleus se présenteront sans doute avec davantage de certitudes.

Première période : Vieira avait marqué

Comme on s'y attendait, le début de match est tendu. Mais les Bleus sont vite rassurés. Le coup de poker tenté par Raymond Domenech, en plaçant Malouda à droite et Wiltord à gauche, fonctionne à merveille et déstabilise la défense coréenne. Ce dispositif tactique semble d'ailleurs profiter davantage à Sylvain Wiltord. Lancé par Henry, le Lyonnais se crée la première occasion des Bleus mais bute sur le gardien Woon-Jae (7e). Mais c'est l'équipe toute entière qui répond aux appels du sélectionneur et montre plus d'audace. La France met plus de vitesse et de percussion dans le match. Elle joue plus haut et met le pied sur le ballon (62 % de possession en début de match). Après un bon pressing de Vieira, le tir contré de Wiltord profite à Thierry Henry qui met fin à 369 minutes de stérilité en Coupe du monde pour les attaquants français (9e, 1-0). Un but synonyme de soulagement à l'image d'un Domenech qui lève un poing rageur sur son banc.

Libérés, les Tricolores continuent de presser et empêchent les Diables Rouges de poser le jeu. Un dégagement de Gallas au-dessus du but de Barthez donne une petite frayeur au camp français (21e). Entre deux systèmes avec trois milieux axiaux, le danger passe par les côtés. Côté coréen, Park est parfaitement pris par Abidal. Côté français, Malouda, repassé à gauche, confirme sa bonne rentrée mais ne cadre pas (24e). Zidane, de la tête (27e), et Henry (28e) poussent en s'appuyant sur la domination des Bleus au milieu de terrain où rayonne un Vieira retrouvé. Le Turinois aurait même pu être récompensé par un but. Sur un corner de Zidane, sa tête franchit la ligne avant d'être repoussée par le gardien mais M. Archundia n'est pas d'accord avec les images (31e). Une erreur de jugement qui coûtera cher, d'autant que, quelques minutes plus tard, le coup franc de Chun-Soo passe à côté du cadre (37e). Mais à la pause, la France affiche déjà 9 tirs au compteur dont 3 cadrés, soit pratiquement autant que face à la Suisse (0-0).

Seconde période : Baisse de régime

Les Bleus peuvent-ils tenir ce rythme pendant 90 minutes ? La réponse arrive rapidement après la pause. Assez vite, le rythme redescend. Toujours dans les bons coups, Vieira sollicite une nouvelle fois le gardien de la tête mais se fait sanctionner pour une faute dans la surface (56e). Wiltord tente encore mais il frappe à côté (52e) avant de décaler Malouda qui manque le cadre à son tour (58e). Le Lyonnais cède alors sa place à Franck Ribéry qui retrouve son rôle de joker (60e). La rentrée du Marseillais apporte tout de suite un peu plus de vitesse aux Tricolores. Elle permet surtout de rééquilibrer le jeu des Français. Si l'entente entre Malouda et Abidal à gauche fait une nouvelle fois ses preuves, Sagnol et Ribéry portent le danger à droite (64e).

On sent le besoin d'inscrire un second but alors que les Coréens reprennent la possession du ballon. Mais les Français jouent avec le feu. Ribéry (70e, 77e) et Malouda (74e) insistent sur les côtés, sans succès. Barthez doit même effectuer son premier arrêt sur une tête de Dong-Jin (80e). La défense française finit par craquer grâce à Park qui échappe pour la première fois au marquage d'Abidal et devance Thuram. Trop court, Gallas ne peut pas empêcher le ballon de rentrer dans le but (80e, 1-1). Bien rentrée dans son match, on va alors voir si les Bleus ont des ressources. Mais Vieira, servi par Ribéry, frappe largement au-dessus (82e). Henry gâche ensuite un caviar de Zidane et perd son duel avec Lee Woon-jae (84e). La rentrée tardive de Trezeguet n'y changera rien (90e). Les cartons jaunes distribués en fin de match à Abidal et Zidane, synonymes de suspension, concluent ce mauvais scénario.

Forte de son expérience (64 sélections de moyenne pour le onze de départ), l'équipe la plus vieille de l'histoire centenaire des Bleus (30,8 ans en moyenne) n'a pas su tenir jusqu'au bout ce "match de coupe". Comme en 2002, la France tremblera donc jusqu'au bout. Et le regard froid de Zidane jeté à Raymond Domenech en sortant avant de lancer son bracelet anti-sueur au sol laisse craindre que les dégâts de ce nouveau nul aux allures de défaite ne soient plus importants qu'il n'y paraît...

L'HOMME DU MATCH : Patrick Vieira

Le grand Vieira est de retour. Impeccable au milieu de terrain, il a intercepté beaucoup de ballons. C'est lui qui est à l'origine du but français et qui sert Wiltord sur une montée comme qu'il les affectionne, à grandes enjambées. Son coup de tête à la 31e minute aurait du permettre aux Bleus de mener 2-0 mais l'arbitre n'a pas accordé le but alors que le ballon avait franchit entièrement la ligne.

LA DECLA : Thierry Henry

"Il faudrait que les arbitres soient un peu compétents. Ils sont rapides lorsqu'il s'agit de dégainer pour mettre des cartons jaunes. J'ai vu les images, sur la tête de Patrick Vieira, le ballon est entré de 2 ou 3 mètres. Si l'arbitre avait accordé ce but au lieu de donner des cartons bizarres comme quand on joue des coups francs trop vite (Zidane averti lors de France-Suisse) on mène 2-0 au bout de 20 minutes et ce n'est pas le même match. Avec tous les efforts qu'on a produits, on a bien défendu, on s'est créé des occasions, voir encore une fois que l'arbitre a omis ou n'a pas vu, ce sont des petits trucs qui font la différence. A un moment donné, ces petits trucs-là on les avait en notre faveur et maintenant on ne les a plus".

 

 

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 21:06
Le Brésil intouchable ?
 

Football Coupe du monde 2006 

Le Brésil intouchable ?

A l'heure de son premier match contre la Croatie, le Brésil semble intouchable pourtant les points d'interrogation sont encore nombreux. Les Auriverde sont les grands favoris pour décrocher un autre sacre mais son carré magique ne devra pas oublier les tâches défensives pour éviter les déconvenues.

Le bal des artistes va commencer. Depuis des mois, le sixième sacre des Brésiliens est annoncé. La Coupe du monde doit être le théâtre des stars auriverde. Au Brésil, le talent de coéquipiers de Ronaldinho suscite tous les espoirs. Depuis son arrivée en Europe, le quintuple champion du monde attire tous les regards. Chacun de leurs déplacements est une nouvelle occasion d'apercevoir des supporters en folie. Malgré cette "seleçaomania", le Brésil ne change pas son comportement. Les sourires sont de rigueur et les joueurs s'amusent à tous les moments. Et même les sorties en boite de nuit sont au rendez-vous.

Il faut dire que Carlos Alberto Parreira possède des atouts décisifs. Le sélectionneur du Brésil, qui avait conduit la seleçao au titre en 1994, va s'appuyer sur un quatuor offensif en or. Alors qu'aux Etats-Unis il avait misé sur une stratégie défensive, il a changé son fusil d'épaule et parie désormais sur un carré magique offensif. Ronaldinho à gauche, Kaka à droite et Ronado et Adriano devants forment l'arme fatale. Avec de tels joueurs, on ne voit pas comment le Brésil peut passer à côté d'un nouveau sacre surtout que Robinho et Juninho peuvent également venir apporter mains fortes.

La notion d'équilibre

Au Brésil, l'obsession de la victoire est un culte. Et avec ce quatuor, le dérapage ne semble pas envisagé. Surtout que Carlos Alberto Parreira a déjà essayé sa tactique avec succès. L'année passée, il avait conquis la Coupe des Confédérations après une finale de rêve contre l'Argentine (4-1). Robinho avait alors pris la place d'Il Fenomeno. Aujourd'hui encore, les joueurs de renoms sont légion autour de ce carré VIP. Ainsi 10 des 23 joueurs ont décroché la "penta" au Mondial asiatique. Sur le papier, aucun rival ne semble à la hauteur.

L'ombre d'un doute plane toutefois chez les Torcedores (supporters). Malgré son talent offensif sans égal, le Brésil ne semble pas intouchable. Avant le début de la compétition, la notion d'équilibre apparaît cruciale dans le système de Parreira. Irrésistiblement tournée vers l'offensive, la sélection auriverde va devoir trouver son équilibre. Avec un seul vrai milieu de terrain récupérateur (Emerson) depuis la blessure d'Edmilson, le Brésil risque d'être coupé en deux si le carré magique ne fait pas d'effort en phase défensive. Or seul Kaka semble disposé à se sacrifier.

La défense en question

Un autre point apparaît déterminant : la défense est loin d'être un rideau de fer. Elle est même un peu vieillissante. Très présents en 2002, Roberto Carlos et Cafu ont quatre ans de plus mais sont toujours là. Pour peser en défense, les deux latéraux brésiliens vont devoir se montrer moins entreprenants au plan offensif qu'en Asie. Dans le cas inverse, ils risquent de déséquilibrer tout le bloc défensif. Surtout que les deux défenseurs centraux, Juan et Lucio tout comme le gardien Dida, ne sont pas une assurance tout risque. Loin de là ! Cris pourrait d'ailleurs avoir sa chance.

Les matches amicaux contre les modestes équipes de Lucerne (8-0) et de la Nouvelle Zélande (4-0) n'auront pas permis de lever les autres doutes. Ainsi, on ne connait toujours pas le comportement du Brésil quand il devra courir après le ballon. L'année passée face au Mexique en Coupe des Confédérations, les Brésiliens avaient d'ailleurs souffert devant la volonté des Aztèques (défaite : 0-1). Les points d'interrogation sont donc encore nombreux.

Le premier match contre la Croatie permettra d'y voir plus clair. Après 20 jours de préparation, la Seleçao est impatiente de commencer son Mondial. Les attaquants croates devraient leur offrir une belle résistance. "La Croatie est offensive. Il faudra faire attention", prévient d'ailleurs le capitaine Cafu. Les spectateurs berlinois devraient en tout cas assister à un beau spectacle.

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 11:08
Zidane : "1-0, ça me va"
 

Football Coupe du monde 2006 

Zidane : "1-0, ça me va"

 

Motivé, Zinédine Zidane s'attend à un match difficile face à la Suisse. Mais son ambition reste la même : gagner le Mondial avant de partir. Il espère d'ailleurs que sa dernière compétition sera surtout "un début" pour les Bleus. Zizou ose même un pronostic : 1-0 pour engranger de la confiance.

ZINEDINE ZIDANE, comment vous sentez-vous à la veille de ce grand rendez-vous ?

Z.Z. : On se sent bien. On s'est bien préparés. On attendait tous ce moment avec impatience et voilà, on y est. On est tous content de commencer la compétition. On l'aborde avec un très bon état d'esprit. Il y a une grosse ambiance. Je crois qu'on est prêt pour faire quelque chose de bien.

Ressentez-vous une émotion particulière alors que vous débutez votre dernière compétition ?

Z.Z. : Forcément... Pas spécialement là d'en parler, mais quand je rentrerai sur le terrain et à chaque fois que je rentrerai sur le terrain, je me dirai que ce sont des moments qui seront de plus en plus rares. Sur le terrain, j'arrive à la fin. Mais, justement, je suis content de pouvoir m'exprimer sur une grande compétition comme celle-là. Je suis motivé, ça c'est sûr. Après, le terrain c'est autre chose. On pense d'abord à ce match face à la Suisse. Après, on verra.

Dans ce contexte, sentez-vous vos coéquipiers plus attentifs à votre égard ?

Z.Z. : Autour de moi, rien ne se passe. C'est comme d'habitude. Ça me gênerait au contraire que ça se passe comme ça. On est tous préparés pour faire quelque chose de bien. On ne pense pas au fait que ce soit ma dernière. C'est plutôt un début pour les autres qu'une fin pour Zidane, pour Thuram et pour certains autres joueurs. J'espère vraiment que c'est plutôt le début de quelque chose qui va durer très longtemps.

Quel souvenir gardez-vous de vos premiers matches en 1998 et 2002 ?

Z.Z. : La première fois, en 98, ça reste un grand souvenir. C'était face à l'Afrique du Sud à Marseille (3-0). Donc ça reste mémorable car il y avait beaucoup de membres de ma famille et des amis. En plus, ça s'était super bien passé. Le deuxième, beaucoup moins bien puisque je m'étais blessé à la cuisse juste avant. Le seul où j'ai pu jouer, on a été éliminés... Mais, de toute façon, ça fait partie des souvenirs d'une carrière. Il y a des bons moments et des moments plus difficiles. Je suis heureux de pouvoir terminer par une deuxième compétition comme celle-ci et de pouvoir terminer par ça.

Peut-on comparer ce match au France-Angleterre de l'Euro 2004 où il fallait impérativement gagner ?

Z.Z. : Oui, c'est sûr. C'est très important. Pour moi, le plus important est de bien rentrer dans une compétition. On sait très bien que ça permet d'engranger beaucoup de confiance et de choses positives pour l'équipe. C'est forcement primordial. On en est tous conscient. Ça va être un match très difficile parce qu'il y aura en face une équipe qui voudra aussi gagner, qui voudra aussi faire une bonne prestation. Mais, nous, on va essayer de bien jouer pour remporter ce match.

Comment voyez-vous le Mondial pour les Bleus ?

Z.Z. : Ça va être difficile. On s'aperçoit qu'on n'est plus en 1970 ou 1980 quand les meilleures équipes battaient toujours les équipes plus faibles. Il n'y a plus de petites équipes. Il y a simplement des matches difficiles à jouer et on va essayer de ne pas tomber dans le panneau. On va jouer en conséquence. Moi, ça me va de gagner 1-0 (mardi), pas de souci.

Trouvez-vous injustes les critiques des médias vis-à-vis de l'équipe de France ?

Z.Z. : Oui, je les trouve toujours injustes parce que ça n'est pas objectif. C'est leur métier. Je ne veux pas rentrer dans ce débat. Forcement, il y a des choses sur lesquelles on n'est pas d'accord. Il y a certaines choses que l'on voit ou que l'on entend et qui sont désagréables juste avant une grande compétition. Mais c'est ce qui s'était passé en 1998, c'était même pire ! Moi, j'ai envie de penser à ça et j'espère qu'on aura le même sort à l'arrivée. En 2002, c'était le contraire. Peut-être de notre part aussi, je ne sais pas.

L'ambiance dans le groupe est-elle différente par rapport à 2002?

Z.Z. : Il n'y a pas de différence. L'état d'esprit est là, on a envie de faire quelque chose de bien. Je n'ai pas envie de faire des différences. Ce serait se faire mal à la tête pour rien du tout. Moi, j'ai juste envie de penser à ce qui arrive. Point. On est tous préparés pour faire une grande compétition. On doit la faire. On doit se dire que si on veut aller au bout, il faudra faire quelque chose d'exceptionnel et se bouger tous ensemble. C'est tout, il n'y a pas d'autres mots. Je n'ai pas envie de discuter des différences entre 2002, 2004 ou 2006...

On a l'impression que vous avez pris Franck Ribéry sous votre aile...

Z.Z. : Non, je ne le prends pas spécialement sous mon aile. Tout le monde l'a bien accepté. On s'aperçoit que c'est quelqu'un qui respire la joie de vivre et qui, sur le terrain, la communique aux autres. Comme moi, toute l'équipe l'a fait. Ensuite, qu'il joue à Marseille ou autre chose, on peut dire beaucoup de choses... Il ne calcule pas, ne se pose pas de question et il joue comme il sait le faire. Et comme il est bon, parce qu'on peut jouer comme on l'entend sans que ça fonctionne... Mais il a ce truc. Il est très fort. Il amène ce côté positif à l'équipe.

Il peut faire du bien à l'équipe de France avec sa fraîcheur ?

Z.Z. : Ce qu'il fait ne me surprend pas. Je l'ai déjà vu évoluer. Il démontre qu'il est bon à chaque prestation. Il peut fait plus que du bien à l'équipe de France. Mais, au-delà de ça, c'est quelqu'un qui marquera les esprits à chaque fois qu'il sera sur un terrain. Il deviendra quelqu'un de grand dans le foot.



Un mot sur la Suisse...

Z.Z. : C'est une très bonne équipe, qui ne se pose pas de questions, qui joue et qui a des très bons éléments dans ses rangs. On a vu les images de leurs derniers matches, il n'y a pas grand chose à dire. On a beaucoup joué contre eux. Ce n'est plus l'équipe de Suisse d'il y a dix ans, elle a fait beaucoup de progrès. C'est une équipe surprenante. C'est pour ça que l'on sait que l'on aura une équipe difficile à jouer face à nous. Moi, le 1-0 me suffirait.

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 19:41
15.000 postes de fonctionnaires supprimés en 2007
Budget : 15.000 postes de fonctionnaires supprimés en 2007 15.000 postes de fonctionnaires seront supprimés dans le cadre du budget 2007, dont les "lettres plafond" ont été envoyés aux différents ministères. Il s'agit de départs en retraite non remplacés et de postes vacants.

 

La rumeur courrait depuis une semaine, le chiffre officiel est tombé lundi. 15.000 postes de fonctionnaires seront supprimés dans le cadre du budget 2007, dont les "lettres plafond" fixant les crédits et les effectifs ont été envoyées aux différents ministères. C'est ce qu'on a appris auprès du député UMP Hervé Mariton, membre de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Il s'agit de départs en retraite non remplacés et de postes vacants", a précisé le député villepiniste qui a jugé que cette mesure était "justifiée en économie" et "courageuse" s'agissant "des vacances d'emploi". "Il n'y a pas de bouc émissaire, ni de vache sacrée", a commenté le député.

Trois fois plus qu'en 2006

Dans le budget 2006, il avait été prévu de supprimer un peu plus de 5.000 postes. Lors de sa dernière conférence de presse mensuelle, Dominique de Villepin avait refusé de donner un objectif chiffré pour 2007, soulignant qu'il voulait "remiser le rabot" à effectifs.

Les effectifs ne sont pas "une variable d'ajustement", avait estimé le ministre des Finances, Thierry Breton. Il avait indiqué qu'à Bercy, un fonctionnaire sur deux n'avait pas été remplacé l'année dernière, et que "pour cette année ce sera vraisemblablement deux sur trois". (D'après AFP)

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
11 juin 2006 7 11 /06 /juin /2006 14:14
Le palmarès 2005 des médicaments les plus prescrits
Santé : Le palmarès 2005 des médicaments les plus prescrits Les dépenses de remboursements de médicaments ont augmenté de 4,8% en 2005. Une hausse liée en particulier au coût élevé des nouveaux produits pharmaceutiques introduits sur le marché. L'assurance maladie publie mardi la liste des dix médicaments les plus prescrits en France.

  

Les dépenses de remboursements de médicaments ont atteint 20,2 milliards d'euros en 2005, soit une hausse de 4,8%, liée en particulier au coût élevé des nouveaux produits pharmaceutiques introduits sur le marché, a indiqué mardi l'assurance maladie.

Au total, quelque 2,7 milliards de boîtes, flacons ou autres présentations de médicaments délivrés par ces officines ont été remboursés en 2005. "Globalement, l'année 2005 marque un ralentissement de la croissance des dépenses avec un taux de 4,8% contre 6,4% en 2004", a précisé la Cnam. Selon elle, "comme chaque année, les dépenses sont très concentrées: les 100 premiers médicaments remboursés (sur environ 3.300 produits commercialisés sous plus de 7.600 présentations différentes) représentent à eux seuls près de la moitié des dépenses (48,3%)".

Médicaments supérieurs à 15 euros: 65 % des dépenses

La Cnam explique cette nouvelle hausse par "le coût particulièrement élevé des nouveaux médicaments mis sur le marché". Les médicaments dont le prix est supérieur à 15 euros "ne représentent que 16% des unités vendues mais 65% des dépenses en 2005, contre seulement 49% en 2000", explique la Cnam qui "souhaite favoriser la prescription des médicaments au plus faible coût à efficacité comparable".

Un autre facteur d'augmentation du prix moyen des médicaments est "la présence de plus en plus massive sur le marché officinal des médicaments traitant des pathologies lourdes engageant le pronostic vital (cancers, sida, hépatite, etc.)", ajoute la Cnam. Enfin, la hausse des patients traités pour des affections de longue durée, pris en charge à 100% par la Sécurité sociale, a entraîné mécaniquement une augmentation des remboursements de médicaments.

Les antalgiques les plus prescrits 

En tête de liste des dix médicaments les plus prescrits en France en 2005, en quantité, figurent trois antalgiques (anti-douleur) : le Doliprane (73,3 millions d'unités prescrites), l'Efferalgan (42,5) et le Dafalgan (35,5).

Viennent ensuite: 4) le Levothyrox (thyroïde, 16,6 millions d'unité prescrites).
- 5) le Kardegic (antiagrégant plaquettaire, 15,4 millions d'unités prescrites).
- 6) le Propofan (antalgique, 14,6 millions d'unités prescrites)
- 7) le Spasfon (antispasmodique, 14,2 millions d'unités prescrites)
- 8) le Di-antalvic (antalgique, 12,8 millions d'unités prescrites)-
- 9)  le Daflon (veinotonique, 11,8 millions d'unités prescrites)
- 10) le Tahor (hypolipémiant, contre le cholestérol, 11,4 millions d'unités prescrites).

Les anti-cholesterol les plus coûteux

Parmi les dix médicaments les plus prescrits en France en 2005, en montants figurent: le Plavix (antiagrégant plaquettaire avec 357, 5 millions d'euros dépensés), le Tahor (hypolipémiant, contre le cholestérol avec 307,7 millions d'euros dépensés) et le Seretide (antiasthmatique avec 210,9 millions d'euros dépensés).

Viennent ensuite: 4) Elisor (hypolipémiant, 162,9 millions d'euros dépensés)
- 5) l'Inexium (antiulcéreux, 128,3 millions d'euros dépensés)
- 6) le Vasten (hypolipémiant, 123,4 millions d'euros dépensés)
- 7) le Triatec (hypertension,122,6 millions d'euros dépensés)
- 8) le Mopral (antiulcéreux,115,9 millions d'euros dépensés)
- 9) le Zocor (hypolipémiant,106,4 millions d'euros dépensés)
- 10) le Glivec (antinéoplasique, 101,1millions d'euros dépensés)

Tarifs des médecins généralistes en hausse de 3,6 %

Sur les six mois octobre 2005-février 2006, les honoraires des généralistes ont augmenté de 3,6% par rapport à la même période un an auparavant, soit 3% en moyenne par praticien, selon la Caisse nationale d'assurance maladie. Selon elle, "l'augmentation est plus forte pour le secteur 1 (tarifs "sécu") et elle est le fait des honoraires opposables (remboursés), car les dépassements (d'honoraires) baissent de 7,5%". Au total, "les honoraires sans dépassement des omnipraticiens en secteur 1 ont augmenté de 4,7% au total, et de 3,7% par médecin - et ce malgré une baisse de l'activité: le nombre de consultations et visites a diminué d'environ 1% en moyenne par praticien", indique la Cnam. Les dépassements d'honoraires ont en revanche baissé sur cette période, pour les généralistes (-8%) comme pour les spécialistes -0,2%).

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article
11 juin 2006 7 11 /06 /juin /2006 13:46

Programme aujourd'hui :

15h00 : Serbie Montenegro - Pays Bas

18h00 : Mexique - Iran

21h00 : Angola - Portugal.

Le 12 juin 2006 :

15h00 : Australie - Japon

18h00 : Etats Unis - Rep Tchéque

21h00 : Italie - Ghana

Le 13 juin 2006 :

15h00 : Corée du sud - Togo

18h00 : France - Suisse.......pronostic...2-1

21h00 : Brésil - Croatie

Le 14 juin 2006 :

15h00 : Espagne - Ukraine

18h00 : Tunisie - Arabie Saoudite

21h00 : Allemagne - Pologne

Le 15 juin 2006 :

15h00 : Equateur - Costa Rica

18h00 : Angleterre - Trinité Tobago

21h00 : Suéde - Paraguay

Le 16 juin 2006 :

15h00 : Argentine - SErbie Monténégro

18h00 : Pays bas - Côte d'Ivoire

21h00 : Mexique - Angola

Le 17 juin 2006 :

15h00 : Portugal - Iran

18h00 : Rép Tchéque - Ghana

21h00 : Italie - Etats unis

14/06/2006 WM-Stadion Dortmund 21:00 Allemagne   Pologne
15/06/2006 WM-Stadion Hamburg 15:00 Equateur   Costa Rica
20/06/2006 Olympiastadion Berlin 16:00 Equateur   Allemagne
20/06/2006 WM-Stadion Hannover 16:00 Costa Rica   Pologne
Groupe B
15/06/2006 WM-Stadion Nürnberg 18:00 Angleterre   Trinité-et-Tobago
15/06/2006 Olympiastadion Berlin 21:00 Suède   Paraguay
20/06/2006 WM-Stadion Köln 21:00 Suède   Angleterre
20/06/2006 Fritz-Walter-Stadion 21:00 Paraguay   Trinité-et-Tobago
Groupe C
11/06/2006 Zentralstadion 15:00 Serbie-Monténégro   Pays-Bas
16/06/2006 WM-Stadion Gelsenkirchen 15:00 Argentine   Serbie-Monténégro
16/06/2006 Gottlieb-Daimler Stadion 18:00 Pays-Bas   Côte d Ivoire
21/06/2006 WM-Stadion Frankfurt 21:00 Pays-Bas   Argentine
21/06/2006 WM-Stadion München 21:00 Côte d Ivoire   Serbie-Monténégro
Groupe D
11/06/2006 WM-Stadion Nürnberg 18:00 Mexique   Iran
11/06/2006 WM-Stadion Köln 21:00 Angola   Portugal
16/06/2006 WM-Stadion Hannover 21:00 Mexique   Angola
17/06/2006 WM-Stadion Frankfurt 15:00 Portugal   Iran
21/06/2006 WM-Stadion Gelsenkirchen 16:00 Portugal   Mexique
21/06/2006 Zentralstadion 16:00 Iran   Angola
Groupe E
12/06/2006 WM-Stadion Gelsenkirchen 18:00 Etats-Unis   République tchèque
12/06/2006 WM-Stadion Hannover 21:00 Italie   Ghana
17/06/2006 WM-Stadion Köln 18:00 République tchèque   Ghana
17/06/2006 Fritz-Walter-Stadion 21:00 Italie   Etats-Unis
22/06/2006 WM-Stadion Hamburg 16:00 République tchèque   Italie
22/06/2006 WM-Stadion Nürnberg 16:00 Ghana   Etats-Unis
Groupe F
12/06/2006 Fritz-Walter-Stadion 15:00 Australie   Japon
13/06/2006 Olympiastadion Berlin 21:00 Brésil   Croatie
18/06/2006 WM-Stadion Nürnberg 15:00 Japon   Croatie
18/06/2006 WM-Stadion München 18:00 Brésil   Australie
22/06/2006 WM-Stadion Dortmund 21:00 Japon   Brésil
22/06/2006 Gottlieb-Daimler Stadion 21:00 Croatie   Australie
Groupe G
13/06/2006 WM-Stadion Frankfurt 15:00 Corée du Sud   Togo
13/06/2006 Gottlieb-Daimler Stadion 18:00 France   Suisse
18/06/2006 Zentralstadion 21:00 France   Corée du Sud
19/06/2006 WM-Stadion Dortmund 15:00 Togo   Suisse
23/06/2006 WM-Stadion Köln 21:00 Togo   France
23/06/2006 WM-Stadion Hannover 21:00 Suisse   Corée du Sud
Groupe H
14/06/2006 Zentralstadion 15:00 Espagne   Ukraine
14/06/2006 WM-Stadion München 18:00 Tunisie   Arabie Saoudite
19/06/2006 WM-Stadion Hamburg 18:00 Arabie Saoudite   Ukraine
19/06/2006 Gottlieb-Daimler Stadion 21:00 Espagne   Tunisie
23/06/2006 Fritz-Walter-Stadion 16:00 Arabie Saoudite   Espagne
23/06/2006 Olympiastadion Berlin 16:00 Ukraine   Tunisie

Repost 0
Published by lolo sandou - dans articles
commenter cet article

Articles Récents

Pages