Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NOTRE BLOG
  • NOTRE BLOG
  • : de tout,de tout,de tout,de tout.......
  • Contact

Texte libre

   Vos commentaires sont les biens venus...surtout les bons !!! N'hesitez pas à recommander ce blog pour qu'il continue à vivre !!

 


 
Référencé par Blogtrafic

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Top classements des meilleurs blogs weblogs

 

 


 

 

Annuaire Blog

visiter l'annuaire blog gratuit

 

basket

Liens sympas

http://www.programme-tv.net/ http://france.meteofrance.com/france/accueil?xtor=AL-1

 

 

 

 

 

 

Archives

28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:34

La mère de Mohamed Merah envisage de se constituer partie civile, à son retour en France, pour avoir accès au dossier. Elle estimerait qu'il existe des «zones d'ombre» dans l'opération du Raid.

Un peu plus d'un mois après la mort de Mohamed Merah, sa famille refait parler d'elle. Depuis l'Algérie, la mère de l'homme tué par le Raid le 22 mars dernier prépare son retour en France et envisage d'entrer dans la procédure judiciaire. Zoulhika Aziri était en effet allée «se mettre au vert» en Algérie au lendemain des tueries de Toulouse et Montauban et de la mort de Mohamed Merah.

Cette mère de famille, qui avait été relâchée au terme de 72 heures de garde à vue, a rejoint l'Algérie quelques jours après l'inhumation de son fils. «Elle n'a pas vu son corps. Elle n'a pas assisté à son inhumation et elle n'est toujours pas allée se recueillir sur sa tombe au carré musulman du cimetière suburbain de Cornebarrieu», précise Abdallah Zekri, conseiller du recteur de la Grande Mosquée de Paris. C'est lui qui avait été chargé des obsèques de Mohamed Merah.

Le jour de son inhumation, la mère du tueur avait assisté à une réunion au consulat d'Algérie à Toulouse, en présence du consul, d'Abdallah Zekri, de son frère et du directeur des pompes funèbres musulmanes. «Tout avait été calé pour que le corps soit transféré en Algérie. Mais à 9 h 45, la nouvelle est tombée: Alger s'oppose au transfert de la dépouille», ajoute Abdallah Zekri, «c'est le maire de Sidi Slimane qui a mis son veto. Il ne voulait pas que le corps de Mohamed Merah soit transféré dans cette commune du département de Médéa, pour des questions de sécurité et des risques de troubles à l'ordre public.»

«Pouvait-on éviter de tuer son fils?»

Depuis trois semaines maintenant, Zoulhika Aziri se trouve donc dans la région de Saïda, au chevet de sa mère, victime d'un malaise dès qu'elle a appris que son petit-fils était l'auteur des tueries. «Zoulhika s'occupe de sa maman», confie Abdallah Zekri, qui a pu lui parler au téléphone.

«À son retour en France, elle devrait se rapprocher d'avocats car elle n'exclut pas de se constituer partie civile. Elle veut avoir accès au dossier pour comprendre ce qui s'est passé. Elle estime qu'il existe des zones d'ombre dans l'opération du Raid. Pouvait-on éviter de tuer son fils? Elle décidera de la stratégie définitive à son retour en France», poursuit-il. Abdallah Zekri rapporte également que Zoulhika Aziri est «très perturbée car elle n'a rien vu venir. Quinze jours plus tôt, son fils était au ski avec des copains».

À son retour en France, la mère de Mohamed Merah ne pourra pas voir un autre de ses fils, Abdelkader, incarcéré depuis le 25 mars. Soupçonné d'avoir aidé le tueur de Montauban et Toulouse, il a été mis en examen pour «complicité d'assassinats», «association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme» et «vol en réunion». Placé à l'isolement, «il nie en bloc les faits reprochés», explique son avocate, Anne-Sophie Laguens, qui ajoute: «il commence à trouver le temps long, et pour s'occuper, il lit beaucoup».

«Le calme est revenu»

Pendant ce temps, au cimetière de Cornebarrieu, à l'ouest de Toulouse, des bouquets de fleurs ont été déposés sur la tombe de celui qui a été surnommé «le tueur au scooter». De nombreuses personnes sont déjà venues se recueillir. Les visiteurs sont plus nombreux le week-end qu'en semaine.

«Nous avions des craintes, avec notamment des risques de profanation. Heureusement, le calme est revenu. Il n'y a plus l'agitation des premiers jours. Il n'y a pas eu de menaces, de lettres ou de coups de fil anonymes», ajoute une source proche du dossier. Il n'y a plus de gendarmes devant la porte du cimetière, qui compte près d'un millier de sépultures dans le carré musulman. «Certes, il y a bien quelques patrouilles de temps en temps, mais elles semblent très discrètes», confie un voisin.

À plusieurs kilomètres de là, à Toulouse, dans le quartier de la Côte-Pavée, rue du Sergent-Vigné, théâtre de l'assaut des hommes du Raid, «on veut tourner la page», confient des habitants de l'immeuble où vivait le terroriste. Aujourd'hui encore, on observe toutefois chez des automobilistes «quelques curieux ralentissements lorsqu'ils passent en voiture, pour voir l'appartement où vivait l'homme qui a terrorisé la ville», raconte un habitant du quartier.

À la mairie de Toulouse, le maire PS, Pierre Cohen, ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet qui a fait la une de l'actualité durant de nombreux jours. «Cela reste encore un dossier sensible», selon des proches du Capitole. Cela dit, il y a fort à parier que les deux prétendants à l'Élysée reparleront de «l'affaire» dans leurs meetings respectifs d'entre-deux-tours. Dès dimanche, pour Nicolas Sarkozy, au Parc des expositions. Et jeudi prochain, place du Capitole pour François Hollande.

Partager cet article

Repost 0
Published by lolo sandou - dans coups de gueule
commenter cet article

commentaires

voyance en ligne 06/09/2016 13:24

Je trouve ton blog très intéressant, tu donnes d’excellents conseils .

Articles Récents

Pages